14.10.2020. - 12:25:42

LA COMPÉTITION INTERNATIONALE
EN LIVE SUR NOTRE SITE INTERNET DU 15 AU 17 OCTOBRE

https://edition2020.cjcinema.org/

Pour opérer une jonction entre les spectateurices physiques et virtuels, nous avons décidé de mettre au point un site internet spécialement dédié à cette édition du festival, lequel permettra de naviguer entre les séances diffusées en ligne et celles qui auront lieu sur place, et où sera consultable l’entièreté du programme. S’est alors posée la question linguistique de l’accès à ce programme : si le festival est en partie accessible en ligne, il faut donc que les informations au moins textuelles autour des films soient accessibles au plus grand nombre, c’est-à-dire autrement qu’en français ou qu’en anglais, langue hégémonique des festivals de cinéma. Ainsi, toute une partie du site sera accessible dans d’autres langues, ne serait-ce que pour référencer dans d’autres alphabets ces films déjà fragiles de par leur économie.
La question linguistique posée par ce site internet rejoint directement la thématique annuelle du festival, disjointe de la compétition, et qui ne sera pas visible en ligne. Titrée Dialectes, cacolectes, usages atypiques de la parole, elle proposera sur une quinzaine de séances d’explorer plusieurs approches que le cinéma expérimental a mis en place afin de traiter la question des pratiques langagières, des cordes vocales, de la parole, et du mal-dit.
Extrait de l'édito de Théo Deliyannis
--
In order to create a link between physical and virtual spectators, we have decided to set up a website especially dedicated to this edition of the festival, for audiences to navigate between the online screenings and those that will be site-specific enabling everyone to consult the entire program.
Then arrose the question of language of access for our festival program: if the festival is partly accessible online, at least the textual information about the films should be accessible to the greatest number, i.e. in a language other than French or English, the hegemonic language used in film festivals. Thus, a an entire section of the site will be accessible in other languages, if only to reference films in other alphabets, films that are already fragile due to their low economy.
This linguistic question is directly related to this year’s theme of the festival, which is separate from the competition, and which will not be visible online. Titled Dialects, cacolects, atypical uses of speech, it will explore several approaches that experimental cinema has taken in order to address the question of language practices, vocal cords, speech, and the spoken word. The dialect of the title refers to a language which doesn’t hold a social or institutional recognition like that of a national language. This could parallel the predicament of experimental cinema in relation to industrial cinema. Cacolect, a portmanteau made up for this year’s festival, refers to ways of speaking that are neither standardized nor accepted. The cacolect is about going towards a true physical liberation of speech, of language

La partie compétitive du festival, et uniquement cette partie, sera accessible gratuitement en ligne en simultané de la projection au cinéma Grand Action. Les séances ne seront diffusées qu’une seule fois en direct.
Le site est traduit en espagnol, en anglais, en italien et en arabe.

--
The competitive part of the festival, and only this part, will be accessible for free as an online live-stream, simultaneously with the screening at the Grand Action cinema (Paris). The screenings will be shown only once, don’t miss them! They will be screened in such a way as to be understandable by both French or English speaking audiences.
--
La parte competitiva del festival (exclusivamente esta parte) será accesible en línea simultáneamente a la proyección en sala en el cine Grand Action, en París. Las sesiones sólo serán difundidas en línea una vez, ¡no os las perdáis! Las películas serán accesibles en francés o inglés.
--
Solo la parte competitiva del festival sarà accessibile gratis online durante la proiezione in sala al cinema Grand Action (Parigi 5° arrondissement). Le proiezioni saranno diffuse una sola volta, non perdetevele! I film saranno proiettati in moda da essere comprensibili per un pubblico francofono ed anglofono.
--
يمكنكم مشاهدة الأفلام المندرجة في مسابقة المهرجان مجانا، على الشبكة، في نفس أوقات عرضها في سينيما “ڨروند أكسيون”. سيتم بث الحصص مرة واحدة، فلا تفوتوها! سيتم عرض الأفلام بطريقة تجعلها مفهومة للجمهور الناطق بالفرنسية والإنجليزية. للمزيد من المعلومات، ندعوكم للاطلاع على صفحة “حول المهرجان”.

Festival des Cinémas Différents - 14 octobre • OUVERTURE au Grand Action, Festival des Cinémas Différents - 14 octobre • OUVERTURE au Grand Action
14.10.2020. - 09:12:36

Focus n° 9
Soirée d'ouverture

https://www.facebook.com/events/624717974859855/
https://www.facebook.com/festivaldescinemasdifferentsdeparis/?fref=tag

Première partie
MON PAPA EST POMPIER À PERPIGNAN

Le covid-19 aura modifié de manière significative nos conversations et nos interactions en général. Converser est devenu source de danger : on a contrôlé le volume de notre voix, limité l’utilisation intempestive de labiales, parlé à plusieurs mètres de distance jusqu’à rendre inaudible notre parole… Cette programmation, pensée comme un éloge des postillons, sera une façon de nous réconcilier avec les cavités buccales, à réapprendre lentement à parler, à contrôler nos déjections oratoires. La parole reviendra à nous, tel.les des nouvelleaux-né. es : par le babil et par le cri.

Première partie
MON PAPA EST POMPIER À PERPIGNAN
Programmé et présenté par Théo Deliyannis
19h
Cinéma Le Grand Action
5, rue des Ecoles 75005 Paris

Programme

Êtes-vous malades ?
Philipe Bordier

Santin
Hugo de Vries

India Shouting Match
George Barber

i turn over the pictures of my voice in my head
Valie Export

YYAA
Wojciech Bruszewski

Dolgi AAAAAAA
Davorin Marc

Le rire
Tony Tonerre

Mademoiselle !
Émilie Jouvet

Scream Queens
Ariane Yadan

PROST
Ernst Schmidt jr.

Deuxième partie
Film-conversation

Au diapason des assemblées et des collectifs qui sont apparus récemment dans l’espace public (occupation des places, ZAD, gilets jaunes), relevant d’un mode démocratique plus horizontal et d’un principe d’auto-organisation, à la façon d’un film-mouvement, imaginons, à l’heure du déconfinement qui nous invite à penser de nouveaux modes de diffusion et de partage, un film conversation qui rassemble le temps d’une séance une communauté éphémère, exauçant le rêve d’un cinéma vivant.
Performance inédite d’Érik Bullot.

site internet
website
información en español
المعلومات باللغة العربية
informazioni in italiano

event Facebook

FOCUS

DIALECTES, CACOLECTES,
USAGES ATYPIQUES DE LA PAROLE

Cette année, la thématique des séances focus s’attachera à explorer les rapports qu’entretient le cinéma expérimental vis-à-vis des pratiques langagières, des cordes vocales, de la parole, et du mal-dit. Le dialecte du titre se réfère à une langue qui ne bénéficie pas d’une reconnaissance sociale et institutionnelle équivalente à une langue nationale. Pourquoi pas, l’expérimental face au cinéma industriel. Le cacolecte, ce mot-valise inventé pour cette thématique, se réfère à des façons de parler qui ne sont ni normées ni acceptées. Il s’agit, par le cacolecte, de tendre vers une véritable libération matérielle de la parole, du langage.

Il s’agira donc d’une défense de la moche-langue, de celle qui n’est pas prise au sérieux par celles et ceux qui ne s’attardent que sur le bien-écrit, le bien-dit. Le cacolecte n’a pas, pour but de se faire entendre par les personnes qui y sont sourdes, mais plutôt de montrer aux autres qui parlent-mal qu’il y en a comme elles et eux qui produisent des choses, des discours, mal-dits et mal-articulés peut-être, mais qui sont des productions dignes. Ainsi, au gré des séances et articles proposés au sein de cette thématique, nous
explorerons les aléas du langage mis en exergue par le montage, l’art de la conversation au cinéma et sur le cinéma, les balbutiements de la parole, les réappropriations du langage par des communautés marginalisées, les expériences d’enregistrement de la parole, et l’invention de nouvelles langues.

Dialects, cacolects, atypical uses of speech
Our annual theme, presented in our focus screenings, will explore the relationship between experimental cinema and language practices, vocal cords, speech, and spoken word.
The dialect of the title refers to a language which doesn’t hold social and institutional recognition like that of a national language. This could parallel the predicament of experimental cinema in relation to industrial cinema. Cacolect, a portmanteau made up for this festival, refers to ways of speaking that are neither standardized nor accepted. The cacolect is about going towards a true physical liberation of speech, of language.
This festival edition will therefore defend the not-so-proper language, of that which is not taken seriously by those who only focus on the well-written, the well-spoken. The purpose of the cacolect is not only to be heard by those who are deaf to this language, but rather to show others who speak badly that there are others like them who produce things, speeches, perhaps badly said and badly articulated, but which are nonetheless worthy productions.
Thus, in the course of the screenings and articles proposed within this theme, we will explore the vicissitudes of language highlighted by editing, the art of conversation in and about cinema, the beginnings of speech, the re-appropriation of language by marginalized communities, the experiences of recording speech, and the invention of new languages.

ongues Untied © Signifyin' Works
12.10.2020. - 09:52:23

Focus #7
as if some buried slave wanted to speak again

Comme si des voix, enterrées là, matraquées, la respiration coupée, sortent encore, vomissent tout ce qu’on leur a appris sur elles mêmes, et nous les écoutons. Les films présentés ici, de et par des corps issus de la communauté afro-américaine, caribéenne et guyanaise, sont tels des lambeaux, des cris, des chants, des snaps, des hin hin, des mmm mmm, des brother to brother brother to brother, des langues qui se délient, et s’échappent, sans cesse, chappé ! de l’attention du maître.

Programmé et présenté par Maxime Jean-Baptiste

as if some buried slave wanted to speak again
Mardi 13 octobre
Forum des Images
2 rue du cinéma, 75001 Paris
18h30

Programme

Nou voix
Maxime Jean-Baptiste
Guyane/France, 2018, Numérique, 14'25

Vole, vole tristesse
Miryam Charles
Canada/Haïti, 2015, Numérique, 6'

Black Bus Stop
Claudrena N. HaroldKevin Jerome Everson
États-Unis, 2019, Numérique, 9'

Tongues Untied
Marlon Riggs
États-Unis, 1989, Vidéo numérisée, 55'

Focus #8
Queer code : technologies politiques

Pour ainsi dire dès le départ, la réappropriation du terme « queer » (de l’insulte au mot de ralliement potentiel) donne à voir un aspect essentiel de la problématique du langage dans les communautés qui s’en désignent, en raison de leurs rapports «tordus » aux normes, où la parole devient un acte de renégociation du pouvoir. Cette séance se propose de réactualiser ce mécanisme des années 80 à nos jours, au prisme de pratiques liant technologie et corps, en deçà de leurs frontières supposées.

Double séance en partenariat avec 100% DOC

Programmé et présenté par What's your Flavor?

Queer code : technologies politiques
Mardi 13 octobre
Forum des Images
2 rue du cinéma, 75001 Paris
21h
--
Tarifs
Une séance : 7€ Deux séances : 10€

Programme

My Crazy Boxers
Krissy Mahan
États-Unis, 2018, Numérique, 9'

No No Nooky TV
Barbara Hammer
États-Unis, 1987, 16mm, 12'

Verarschung
Pêdra Costa
Allemagne, 2013, Numérique, 3'50

Maternidad Obligatoria
Nadia Granados
Colombie, 2012, Numérique, 4'35

CoNEC
Giuliano Ponturo, Eden Tinto Collins
France, 2019, Numérique, 11'30

All Falls Down
Oberon Strong
États-Unis, 2017, Numérique, 6'

They Don't Understand
Kengné Téguia
France, 2017, Numérique, 3'30

L'Étoile bleue
Valentin Noujaïm
France, 2019, Numérique, 17'

Queering di Teknolojik
Timothée Smith
Royaume-Uni, 2019, Numérique, 9'

--
Focus #7
as if some buried slave wanted to speak again
On Tuesday 13 October from 18:30
Forum des Images
2 rue du Cinéma 75001 — Paris
One screening : 7€ Two screenings : 10€

As if voices, buried there, beaten, their breath smothered, still emerged, vomiting everything they had been inflicted with, and we will listen to them. The selected films, made by and from the bodies of the African-American, Caribbean and Guyanese communities, are like shreds, shouts, songs, snaps, hin hin, mmm mmm, brother to brother brother to brother, tongues that loosen, and escape, ceaselessly, chapped! from their master's supervision.

Focus #8
Queer code: political technologies
On Tuesday 13 October from 20:30

Right from the very start the reappropriation of the word “queer” (from insult to the rallying word) points to an essential aspect of language problematic in queer communities because of their “twisted” relationship to norms, where speech becomes an act of renegotiation of power. This screening proposes to update this mechanism from the 1980s to the present day, through the prism of practices linking technology and bodies, outside their supposed boundaries.

site internet
website
información en español
المعلومات باللغة العربية
informazioni in italiano

event Facebook

FOCUS

DIALECTES, CACOLECTES,
USAGES ATYPIQUES DE LA PAROLE

Cette année, la thématique des séances focus s’attachera à explorer les rapports qu’entretient le cinéma expérimental vis-à-vis des pratiques langagières, des cordes vocales, de la parole, et du mal-dit. Le dialecte du titre se réfère à une langue qui ne bénéficie pas d’une reconnaissance sociale et institutionnelle équivalente à une langue nationale. Pourquoi pas, l’expérimental face au cinéma industriel. Le cacolecte, ce mot-valise inventé pour cette thématique, se réfère à des façons de parler qui ne sont ni normées ni acceptées. Il s’agit, par le cacolecte, de tendre vers une véritable libération matérielle de la parole, du langage.

Il s’agira donc d’une défense de la moche-langue, de celle qui n’est pas prise au sérieux par celles et ceux qui ne s’attardent que sur le bien-écrit, le bien-dit. Le cacolecte n’a pas, pour but de se faire entendre par les personnes qui y sont sourdes, mais plutôt de montrer aux autres qui parlent-mal qu’il y en a comme elles et eux qui produisent des choses, des discours, mal-dits et mal-articulés peut-être, mais qui sont des productions dignes. Ainsi, au gré des séances et articles proposés au sein de cette thématique, nous
explorerons les aléas du langage mis en exergue par le montage, l’art de la conversation au cinéma et sur le cinéma, les balbutiements de la parole, les réappropriations du langage par des communautés marginalisées, les expériences d’enregistrement de la parole, et l’invention de nouvelles langues.

Dialects, cacolects, atypical uses of speech
Our annual theme, presented in our focus screenings, will explore the relationship between experimental cinema and language practices, vocal cords, speech, and spoken word.
The dialect of the title refers to a language which doesn’t hold social and institutional recognition like that of a national language. This could parallel the predicament of experimental cinema in relation to industrial cinema. Cacolect, a portmanteau made up for this festival, refers to ways of speaking that are neither standardized nor accepted. The cacolect is about going towards a true physical liberation of speech, of language.
This festival edition will therefore defend the not-so-proper language, of that which is not taken seriously by those who only focus on the well-written, the well-spoken. The purpose of the cacolect is not only to be heard by those who are deaf to this language, but rather to show others who speak badly that there are others like them who produce things, speeches, perhaps badly said and badly articulated, but which are nonetheless worthy productions.
Thus, in the course of the screenings and articles proposed within this theme, we will explore the vicissitudes of language highlighted by editing, the art of conversation in and about cinema, the beginnings of speech, the re-appropriation of language by marginalized communities, the experiences of recording speech, and the invention of new languages.

Festival des Cinémas Différents - 11 octobre • FOCUS #6 • Chez l'habitant
10.10.2020. - 16:27:52

Présentation de films qui sont en effet des paroles « brutes » pour ne pas dire « brutales ». En revendiquant le « flou », la saturation sonore, la remise en cause des habituelles présentations, des situations géographiques ou psychologiques encadrées par ses nécessaires ouvertures de portes, de voitures circulant, ou de lune immobile dans le ciel étoilé en contrepoint avec les séquences d’actions, ou les prémices d’une réflexion philosophique, ces paroles trouvent leur prolongement dans une expérimentation d’une projection. En mêlant des lectures de textes à la projection d’une demi-douzaine de courts métrages, la séance propose ainsi une agora, telle qu’elle existait dans les débuts du cinéma diffusés dans les fêtes foraines, et qui n’avait aucun point en commun avec le concept d’oeuvre inscrite au patrimoine.

Programmé et présenté par Pierre Merejkowsky

Ne pas faire avec
Dimanche 11 octobre
Chez l'habitant
15h

*Séance chez l’habitant.
Places limitées, merci de réserver en écrivant à festival@cjcinema.org
Le lieu et l’heure seront communiqués après réservation.

--
Focus n°6
Not dealing with
Sunday October 11th
At a private home*

A program of films that are indeed "raw", if not to say "brutal" expressions. By claiming the "blur" effect, the sound saturation, the questioning of usual presentations, of geographical or psychological situations emphasized by the necessity of opening doors, of driving cars, of a still moon in a sky full of stars in counterpoint with action sequences, or of glimpses of a philosophical way of thinking, these expressions find their evolution in a screening experiment. By mixing texts read out loud with the screening of half a dozen short films, the screening thus constitutes an agora, such as it existed in the early days of cinema shown in fairgrounds, which had nothing to do with the concept of an “oeuvre” or patrimonial work.

*Screening at a private home. Places are limited, please book by writing to festival@cjcinema.org.
Location and time will be communicated after booking.

FOCUS

DIALECTES, CACOLECTES,
USAGES ATYPIQUES DE LA PAROLE

Cette année, la thématique des séances focus s’attachera à explorer les rapports qu’entretient le cinéma expérimental vis-à-vis des pratiques langagières, des cordes vocales, de la parole, et du mal-dit. Le dialecte du titre se réfère à une langue qui ne bénéficie pas d’une reconnaissance sociale et institutionnelle équivalente à une langue nationale. Pourquoi pas, l’expérimental face au cinéma industriel. Le cacolecte, ce mot-valise inventé pour cette thématique, se réfère à des façons de parler qui ne sont ni normées ni acceptées. Il s’agit, par le cacolecte, de tendre vers une véritable libération matérielle de la parole, du langage.

Il s’agira donc d’une défense de la moche-langue, de celle qui n’est pas prise au sérieux par celles et ceux qui ne s’attardent que sur le bien-écrit, le bien-dit. Le cacolecte n’a pas, pour but de se faire entendre par les personnes qui y sont sourdes, mais plutôt de montrer aux autres qui parlent-mal qu’il y en a comme elles et eux qui produisent des choses, des discours, mal-dits et mal-articulés peut-être, mais qui sont des productions dignes. Ainsi, au gré des séances et articles proposés au sein de cette thématique, nous
explorerons les aléas du langage mis en exergue par le montage, l’art de la conversation au cinéma et sur le cinéma, les balbutiements de la parole, les réappropriations du langage par des communautés marginalisées, les expériences d’enregistrement de la parole, et l’invention de nouvelles langues.

Dialects, cacolects, atypical uses of speech
Our annual theme, presented in our focus screenings, will explore the relationship between experimental cinema and language practices, vocal cords, speech, and spoken word.
The dialect of the title refers to a language which doesn’t hold social and institutional recognition like that of a national language. This could parallel the predicament of experimental cinema in relation to industrial cinema. Cacolect, a portmanteau made up for this festival, refers to ways of speaking that are neither standardized nor accepted. The cacolect is about going towards a true physical liberation of speech, of language.
This festival edition will therefore defend the not-so-proper language, of that which is not taken seriously by those who only focus on the well-written, the well-spoken. The purpose of the cacolect is not only to be heard by those who are deaf to this language, but rather to show others who speak badly that there are others like them who produce things, speeches, perhaps badly said and badly articulated, but which are nonetheless worthy productions.
Thus, in the course of the screenings and articles proposed within this theme, we will explore the vicissitudes of language highlighted by editing, the art of conversation in and about cinema, the beginnings of speech, the re-appropriation of language by marginalized communities, the experiences of recording speech, and the invention of new languages.

FESTIVAL DES CINÉMAS DIFFÉRENTS ET EXPÉRIMENTAUX DE PARIS 22e édition (7-18 octobre 2020) Focus #4 Situation(s) of language and cinema On Saturday 10 October from 16:00 to 18:00 (UTC+2)
09.10.2020. - 09:51:36

https://edition2020.cjcinema.org/en/calendar/focus-4/

On Saturday 10 October from 16:00 to 18:00 (UTC+2)Facebook
Mains d'Œuvres
1 rue Charles Garnier — 93400 Saint-Ouen
Free entrance

Based on a selection of experimental films that inspired us around thoughts dealing with political and sociolinguistic issues, we will ask ourselves the following questions: what relationship do these experimental films have with language? How are language forms apprehended in them? As part of a study for a politics of language, these films will be both an opportunity to question cinematographic representation of the use of language in experimental cinema and a means of questioning our own sociolinguistic frameworks of analysis and our own definitions of language.

Open discussion between a group of sociolinguists, an audience, and experimental films dealing with language in many different ways.
Text from the catalogue (only in French)

Dans les années 70, la linguistique exerçait son pouvoir d’attraction sur une bonne partie des productions théoriques et artistiques, de la philosophie aux sciences humaines et sociales en passant par la littérature et le cinéma. Sa capacité à modéliser le fonctionnement du langage en tant que structure et à produire des concepts — notamment ceux de signifié et de signifiant1 — rejoignait sans doute une certaine idée de la modernité : les structures sous-jacentes mises au jour par les analystes avaient valeurs de preuves de scientificité irréfutables, c’est-à-dire de vérité incontestable.

Mais aujourd’hui encore, alors qu’un décentrement théorique a été opéré au sein des sciences humaines, aussi bien vis-à-vis de la Vérité que du formalisme nécessaire pour s’y approcher, les cinéastes et les artistes en général ont recours plus ou moins consciemment à diverses théories du langage issues de cette période. Or, depuis l’époque dite post-moderne, des approches comme la sociolinguistique, l’analyse du discours ou l’anthropologie linguistique ont largement remis en question ce cadre structuraliste, qui faisait du code son unique horizon, en resituant le rapport entre forme et sens dans un contexte, toujours mouvant et dynamique, dans des relations subjectives et surtout dans une histoire. Dès lors, la dimension politique du processus interprétatif est apparue sous un nouveau jour.

Langue, parole, discours, langage, signe, dialogue, voix, interaction… autant de manière de dire l’activité langagière. Mais combien de manières de la filmer ? De la mettre en images et en sons? Et qu’est-ce que ces différentes représentations nous apprennent quant aux rapports — poétiques, politiques, théoriques — des cinéastes expérimentaux au langage ?

Parce que le langage n’est pas qu’une question de sens et parce que le cinéma a toujours à voir avec le langage — qu’il le questionne explicitement ou non — , et parce que l’un et l’autre peuvent avoir une portée critique et réflexive, l’objectif de cet atelier est de faire dialoguer le regard cinématographique et celui du (socio)linguiste, à partir d’une sélection de films expérimentaux, autour d’une question : que font les cinéastes expérimentaux lorsqu’ils filment l’expérience du langage ?
1

Dans le cadre de la théorie saussurienne du signe linguistique, le signifiant désigne la forme acoustique du signe (les sons qui composent le mot, généralement transcrits en alphabet phonétique international), et le signifié désigne la face conceptuelle du signe (l’idée qui surgit lorsqu’on entend le mot). L’objet du monde physique désigné par le signe est quant à lui appelé référent, mais ne fait pas l’objet d’une analyse particulière par Saussure.

L’Université buissonnière est un collectif d’enseignant.e.s chercheur.euses et d’artistes désireux de sortir des murs érigés par les institutions universitaires et culturelles afin d’expérimenter autre chose, autre part et avec d’autres.