04.03.2021. - 18:09:24

NOUVELLE EDITION DVD
ALAIN MAZARS

ROUGES SILENCES
1978, 16mm, 53'

LE JARDIN DES AGES
1982, 16mm, 31'

VISAGES PERDUS
1983, 16mm, 13'

ACTUS
1984, 16mm, 23'

+ Booklet / Livret
de 48 pages
by/de Frédérique Devaux

COFFRET DVD

Une séance en salle
en partenariat avec le COLLECTIF JEUNE CINÉMA
sera proposée dès réouverture des lieux culturels.
La programmation sera constituée d'autres films que ceux présents sur le DVD.

ROUGES SILENCES

Voici un film époustouflant.
D'abord par le rythme des images, scansions visuelles, extrêmement rigoureux, des cadrages, une lumière, une direction d'acteurs, bref une concentration des éléments cinématographiques qui existe avant tout pour l'efficacité. Mais pas cette efficacité narrative dont nous abreuve le cinéma américain, mais réellement une efficacité professionnelle qui donne à chaque plan une dynamique, une force, une intention aboutie.

Ici, les codes du fantastique sont à la fois amplifiés et distanciés par une plastique expressionniste qui pour la première fois peut-être dans l'expressionnisme prend l'humour en compte. Certains très gros plans de fleurs, d'insectes, font penser à la prose d'un Caillois dont je ne connaissais pas jusqu'ici d'équivalent au cinéma. Il existe dans ce film un double mouvement.

En même temps, une sorte de retenue des plans et une boulimie, une frénésie à filmer, peut-être est-ce cela principalement qui nous trouble et nous emporte dans une façon de voir qui nous était inconnue. Voici un film qui prend en compte tout un héritage plastique et narratif et qui le passe à la moulinette d'un style terriblement personnel.
--
This is an astonishing film. First of all because of the rhythm of its images, its visual scansions, its rigorous framing, its lighting and the direction of its actors — it's a concentration of cinematic elements chosen for their efficacy. We're far from the overwhelming narrative efficiency of American cinema — Mazars demonstrates a genuinely professional efficacy that gives each shot its own dynamism and strength — the result of a fully realized original concept. The codes of the fantastic are simultaneously amplified and kept at arms length. Mazars achieves this by applying a humorous expressionistic technique, perhaps a first for the genre. Some extreme close-ups of flowers and insects recall the writings of Caillois; this is the first time that I've seen anything equivalent to his work in a cinematic context. There's a dual movement in this film: the restraint of individual shots contrasts with an overall impression of bulimia — a frenetic desire to film. This may be what we find so disturbing; it forces us to refocus our vision in a whole new way. The film acknowledges a lengthy heritage of process and narration, which becomes grist to its extremely personal mill.
Jean-Jacques Bernard sur "Rouges silences"

© Rouges silences

LE JARDIN DES AGES

Quelque chose d'extraordinairement personnel domine tout cela. Une ambition folle, des collages monstrueux, une obsession tellement inhabituelle qu'elle déconcerte sans une seconde de répit, y compris dans sa répétitivité infernale.
Résumé : Eisenstein fait dans la banlieue parisienne un remake franco-chinois des "Fraises Sauvages".
--
There's something extraordinarily personal about all of this. Extreme ambition, monstrous collages, an unusual and highly disconcerting obsession that doesn't let up for one minute, due in part to its diabolically relentless repetitions. It's what you might get if Eisenstein directed a Franco-Chinese remake of "Wild Strawberries" in the suburbs of Paris.
Louis Skorecki, Libération sur "Le Jardin des âges"

© Le Jardin des âges

VISAGES PERDUS

Ce film expérimental évoque le travail d'un peintre alchimiste à partir de trois portraits. Le film décrit le combat mené par l'artiste et son pinceau pour restituer un souvenir pictural des visages. Parallèlement à ce travail de la mémoire est suggérée une atmosphère fantastique reliée aux pratiques des alchimistes.
--
This experimental movie is filmed like the work of alchemist painters through three portraits. The movie describes the fight of the artist, with his brush, to transform a visual memory of the faces into a painting, using techniques that look like magic.
Alain Mazars

© Visages perdus

ACTUS

Dans "Actus" — en latin « acte ». On peut lire également ce titre en français comme l’apocope de « Actualités » —, il s’agit d’immerger le spectateur dans le présent de la célébration religieuse sans en interrompre et en modifier le périple après coup, par le montage.
Mazars va donc tourner-monter dans une sorte d’« action-shooting », comme on parle d’«action-painting ». Il réalise le montage au moment du tournage, dans la caméra, et utilise les captations de sons faites sur place. C’est dire que l’on est plongé dans le présent et l’actualité de l’action, sans qu’aucun insert ou autre manipulation a posteriori, ne vienne contrarier cette immersion du corps, ses soubresauts, voire les humeurs du filmeur que nous revivons à l’identique lors de la projection.
--
Actus – “act” in Latin; in French, this title can also be understood as the apocope of “Current Events” (actualités) – immerses the viewer in the present moment of a religious celebration without interrupting or modifying its course after the fact through editing. Mazars therefore edited in-camera a sort of “action-shooting,” in a similar sense to “action-painting.” He created the montage as he was filming, in the camera, and used sound recordings made on location. Therefore, we are immersed in the present moment and what is currently going on, and no subsequent inserts or other manipulations hamper this corporeal immersion, with its convulsions and even the filmmaker’s changing moods which we faithfully re-experience during the screening.
Frédérique Devaux sur "Actus"

03.03.2021. - 12:32:05

MERCREDI 17 MARS - 18:00
Carte blanche au Collectif Jeune Cinéma.
Animé par Théo Deliyannis, administrateur et coordinateur général du Collectif Jeune Cinéma.

Séance en ligne sur festivalscope.com
Gratuit sur réservation 1h avant la séance sur www.journeescinematographiques.fr

Programme :
C’est comme ça que les cauchemars ont commencé (2019)
de Alexandru Petru Badelita
Turtle Dreams (1987)
de Meredith Monk, Robert Withers
Night Noon (2014)
de Shambhavi Kaul
Undergrowth (2012)
de Robert Todd
Elegy (2001)
de Ian Wiblin, Anthea Kennedy

Date : 17/03/2021

Lieu : EN LIGNE (www.journeescinematographiques.fr)

03.03.2021. - 12:27:30

Catalogue 2021 du Collectif Jeune Cinéma

En 2020, le catalogue de distribution du Collectif Jeune Cinéma s’est enrichit de plus de 230 de nouveaux films, des 1966 à 2021. Ces films ont été déposés par 88 cinéastes, que nous vous proposons de découvrir ci-dessous. En cliquant sur les photogrammes vous pourrez accéder aux fiches des cinéastes sur notre site.

Nous profitons aussi de cette newsletter pour annoncer qu’en 2021, le Collectif Jeune Cinéma célèbrera ses 50 ans d’existence ! Le programme des festivités sera bientôt annoncé…

La vidéo est tirée de notre newsletter, pour s'inscrire c'est par ici → https://bit.ly/2KA4aQg

Bonne fin d'année à toutes et tous !

******
In 2020, Collectif Jeune Cinema added more than 230 films to its distribution catalogue, from 1966 to 2021. These films have been added by 88 filmmakers, that you can discover below. For more information, you can click on each filmmaker picture so you can access their web page.

We also take advantage of this newsletter to announce that in 2021, the Collectif Jeune Cinéma will celebrate its 50 years of existence!The program of festivities will be announced soon...

This video is made from our newsletter, if you wish to suscribe, follow this link → https://bit.ly/2KA4aQg